Recevoir l’Esprit Saint

Recevoir l’Esprit Saint

 

Préparation en vue du sacrement de confirmation (19 mai 2019)

 

L’Esprit Saint est à l’œuvre dans l’Église et dans nos vies de baptisés, mais aussi dans l’histoire du monde. Alors qu’est-ce qui fait la spécificité du sacrement de confirmation ? C’est qu’il n’est pas de vie chrétienne en dehors de l’Esprit Saint, tout comme il n’est pas de vie divine en dehors de l’Esprit Saint. Et ceci, ce n’est pas rien !

 

L’Esprit Saint, c’est d’ailleurs en quelque sorte la vie divine, suscitée par le Père et le Fils, par leur lien réciproque d’Amour. C’est ainsi que l’Esprit Saint est aussi Amour. Il est le lien entre le Père et le Fils, il est leur unité, leur communion. Il ne les précède pas, il est en quelque sorte simultané, car entre le Père et le Fils n’existent pas en dehors de ce lien d’Amour que pourtant ils suscitent.

 

Une comparaison : entre un homme et une femme, l’amour naît à partir des personnes qui préexistent à leur amour. Mais pas en Dieu. Mais une fois que l’homme et la femme s’aiment, l’amour est contemporain de leurs existences. Ils n’existent plus en dehors de cet amour. Dorénavant, il y a l’homme, la femme et leur amour.

 

En Dieu, c’est donc ainsi. Il y a le Père, le Fils et l’Esprit Saint.

 

Venons-en à la vie chrétienne. C’est la vie habitée par cette présence divine. Elle trouve son modèle dans l’humanité de Jésus. Jésus a mené sa vie humaine dans un lien permanent avec Dieu son Père, c’est-à-dire dans l’Esprit Saint. Cet Esprit était présent dès la conception : « L’Esprit Saint viendra sur toi », dit l’ange à Marie. L’Esprit accompagne Jésus dans sa croissance et lors du baptême de Jésus par Jean-Baptiste, nouvelle effusion de l’Esprit qui se manifeste sous forme d’une colombe, tandis que la voix céleste reconnaît : « celui-ci est mon fils bien-aimé en qui je mets tout mon amour ». Jésus est reconnu comme Fils dans l’Esprit Saint. Il va mener sa vie d’homme à l’intérieur de cette relation. Il est le Fils, soutenu par l’Esprit Saint, en communion d’Amour avec le Père.

Voilà ce qui se propose à la vie chrétienne. C’est dans l’évangile de Jean que l’on trouve les paroles les plus explicites :

Jn15.05 Moi, je suis la vigne, et vous, les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là porte beaucoup de fruit, car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire.

Jn15.04 Demeurez en moi, comme moi en vous. De même que le sarment ne peut pas porter de fruit par lui-même s’il ne demeure pas sur la vigne, de même vous non plus, si vous ne demeurez pas en moi.

Jn14.23 Jésus lui répondit : « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure.

Jn14.10 Tu ne crois donc pas que je suis dans le Père et que le Père est en moi ! Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; le Père qui demeure en moi fait ses propres œuvres.

Jn14.17 l’Esprit de vérité, lui que le monde ne peut recevoir, car il ne le voit pas et ne le connaît pas ; vous, vous le connaissez, car il demeure auprès de vous, et il sera en vous.

 

Jn6.56 Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi, je demeure en lui.

 

Les textes cités de l’évangile de Jean montrent bien ce mystère de la présence étonnante de Dieu dans le disciple de Jésus. Les textes affirment cette présence du Père et du Fils : « nous ferons chez lui notre demeure », contemporaine de celle de l’Esprit Saint : « il sera en vous ». Configuré au Christ qui demeure en lui, le disciple est fait fils et ainsi établi dans une relation tout intime avec le Père par l’Esprit. Ainsi la venue de l’Esprit réalise la filiation, le lien filial d’amour, le disciple est reconnu fils dans le Fils, aimé du Père.

 

La Pentecôte

Le sacrement de confirmation fait référence à l’événement de la Pentecôte, tel qu’il est raconté dans les Actes des Apôtres (Ac 2, 1-4). Jésus en avait fait la promesse (Lc 24, 49). Jn 15.26-27 Quand viendra le Défenseur, que je vous enverrai d’auprès du Père, lui, l’Esprit de vérité qui procède du Père, il rendra témoignage en ma faveur. Et vous aussi, vous allez rendre témoignage, car vous êtes avec moi depuis le commencement.

 

La vie chrétienne

La vie chrétienne n’est donc plus selon la logique du monde, logique changeante au gré des modes. La vie chrétienne devient dépendance du Père, comme Jésus. Il s’agit d’entrer dans la « volonté » du Père qui est volonté d’amour. Il s’agit de l’écrire avec nos mots de tous les jours (paroles et gestes). Le modèle en est Jésus. C’est à un véritable combat que nous sommes conviés, car il s’agit de nous réformer, de voir autrement, de naître à une nouvelle vie, comme Jésus le dit à Nicodème :

Jn 3.5-8 Jésus répondit : « Amen, amen, je te le dis : personne, à moins de naître de l’eau et de l’Esprit, ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair ; ce qui est né de l’Esprit est esprit. Ne sois pas étonné si je t’ai dit : il vous faut naître d’en haut. Le vent souffle où il veut : tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va. Il en est ainsi pour qui est né du souffle de l’Esprit. »

 

« Entrer dans le Royaume » veut dire adopter les mœurs nouvelles, les attitudes nouvelles du Royaume de Dieu, c’est-à-dire du Royaume de l’amour. Dans ces paroles, Jésus oppose la chair et l’Esprit. Et la vie dans l’Esprit, telle qu’elle est ici affirmée, est sans règle préétablie, sinon celle de l’Esprit de Dieu. Mais comment tenir… on est obligé ici de faire l’aveu de notre faiblesse !

 

Une première communauté

Les Actes des Apôtres racontent l’événement de la Pentecôte et la première annonce des apôtres. L’effet de leur annonce est la constitution d’une première communauté chrétienne. En voici une sommaire description :

 

Ac 2.37…42 Les auditeurs furent touchés au cœur ; ils dirent à Pierre et aux autres Apôtres : « Frères, que devons-nous faire ? »

 

38 Pierre leur répondit : « Convertissez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ pour le pardon de ses péchés ; vous recevrez alors le don du Saint-Esprit.

39 Car la promesse est pour vous, pour vos enfants et pour tous ceux qui sont loin, aussi nombreux que le Seigneur notre Dieu les appellera. »

40 Par bien d’autres paroles encore, Pierre les adjurait et les exhortait en disant : « Détournez-vous de cette génération tortueuse, et vous serez sauvés. »

41 Alors, ceux qui avaient accueilli la parole de Pierre furent baptisés. Ce jour-là, environ trois mille personnes se joignirent à eux.

42 Ils étaient assidus à l’enseignement des Apôtres et à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières.

 

Ces 4 caractéristiques, il est bon que chacun voit comment les concrétiser dans sa vie. Ce sont 4 balises pour une vie chrétienne dans l’Esprit Saint.

 

Plus loin, il est encore dit ceci :

Ac 4.32-33 La multitude de ceux qui étaient devenus croyants avait un seul cœur et une seule âme ; et personne ne disait que ses biens lui appartenaient en propre, mais ils avaient tout en commun. Aussi, c’est avec une grande puissance que les Apôtres rendaient témoignage de la résurrection du Seigneur Jésus, et une grâce abondante reposait sur eux tous.

 

L’insistance porte ici sur l’unanimité et la mise en commun. Il en découle alors une grâce abondante et une évangélisation réelle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

There are no comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Start typing and press Enter to search

Shopping Cart